1ère commande : -10% code BIENVENUE10

Shiatsu

Mis en ligne le 25 juin 2024
Shiatsu

Qu’est-ce que le shiatsu ?

Littéralement traduit par "pression des doigts” en japonais (shi = “doigts, extrémités", atsu = “pression”), le shiatsu est une pratique revitalisante reconnue par l’Etat japonais.

Les pressions sont appliquées le long des méridiens du corps, c’est-à-dire là où circule le flux énergétique car ce sont eux qui établissent une connexion entre les différents éléments d’un corps (organe, tissus, muscle, etc…).

Le shiatsu a pour objectif d’agir sur l’énergie vitale qui, déséquilibrée, peut avoir un impact négatif sur la sphère psychique et physique d’une personne. Pour ce faire, le praticien fait pression sur des points spécifiques (méridiens et points d’acupuncture) et manie l’individu afin de soulager ses tensions et ses troubles.

 

Origines du Shiatsu 

Le Shiatsu (pression des doigts) fait partie des techniques manuelles pratiquées depuis des millénaires en Extrême Orient, mais son histoire est récente et le lieu exact de sa naissance est le Japon.

La plus ancienne des techniques manuelles est nommée TEATE (mains dessus) et elle est mentionnée dans un texte vieux de 2000 ans. Puis il se mêle à la médecine traditionnelle chinoise qui utilise les massages (AN-MO et TUINA), l’acupuncture, la moxibustion et la pharmacopée chinoise.

 

Son évolution dans le temps

Au fil du temps, la technique manuelle chinoise devient japonaise (Anma) et atteint son apogée à l’époque EDO (1616-1867). Dans le livre Ampuku Zukai, écrit en 1827, on trouve les premiers protocoles de pressions, fondateurs du Shiatsu actuel. À partir de 1868, la médecine occidentale s’impose, et les disciplines manuelles de prévention par des vibrations, percussions et étirements perdent de leur importance, au profit de techniques curatives comme l’ostéopathie, la chiropraxie, et les «massages occidentaux».

L’AnMa devient une spécialité pratiquement réservée aux aveugles, qui exercent sous la protection d’un diplôme d’Etat. En parallèle, le shiatsu se développe car il donne de meilleurs résultats que le massage de par la pression des doigts. Au début du 20ème siècle, le Japonais Tokujiro Namikoshi (1905-2000) est à l’origine de la création du shiatsu moderne. Sa technique prend forme à l’âge de 7 ans lorsqu'il tente de soulager les malaises de sa mère souffrant de polyarthrite rhumatoïde. Il constate qu'elle ressent un mieux-être lorsqu'il utilise la pression de ses pouces plutôt que le massage. Ses maux finiront par disparaître et elle vit en bonne santé jusqu'à l'âge de 88 ans. Mettant l’accent sur la physiologie et l'anatomie, Namikoshi s’est éloigné de la fonction des méridiens, pour rendre le shiatsu plus accessible au courant occidental. Il ouvre la première clinique qui utilise un protocole Shiatsu en 1925 et, en 1940, il crée la première école de formation de praticiens en Shiatsu. 

Quelques années plus tard, Shizuto Masunaga (diplômé de psychologie clinique et enseignant au Japan Shiatsu College, fondé par Namikoshi), réintroduit les principes de base de la médecine traditionnelle chinoise (les Cinq Éléments, Yin et Yang, méridiens, etc.). 

On retrouve donc aujourd’hui 2 principales écoles de pensée, le Shiatsu de Namikoshi Sensei où le praticien n’utilise que les doigts et les paumes, et le Zen-Shiatsu de Shizuto Masunaga Sensei, plus basé sur la médecine chinoise.

En 1957, le ministère japonais de la Santé a officiellement reconnu le shiatsu comme une discipline à part entière

En 1970, le Shiatsu fait son apparition en France grâce à des Maîtres comme Y. Kawada, T. Kagotani, R. Tokuda, H. Izumo et plusieurs autres. 

En 1997, le shiatsu a été cité par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), dans le cadre de la loi Lannoye-Collins qui obtient un vote favorable au Parlement de Bruxelles. La loi propose le shiatsu comme « une médecine non conventionnelle digne d’intérêt ».


Les grands principes du shiatsu

Le shiatsu s’inspire essentiellement du principe du Qi (l’énergie vitale présente chez les êtres vivants et les objets inanimés), issu de la médecine traditionnelle chinoise.

Pour s’adapter aux croyances occidentales, un nouveau courant du shiatsu (parmi tant d’autres) est né, basé sur l’anatomie et la physiologie humaine.

Il s’agit du Zen shiatsu (ou “Keiraku Shiatsu”) : c’est le courant majoritaire en Europe et aux États-Unis.

Le praticien effectue un diagnostic en palpant la cavité abdominale du patient pour évaluer son état de santé. Deux énergies se manifestent alors et sont ressenties par le praticien : le Kyo (manque d’énergie) et le Jitsu (blocage, excédent d’énergie). Il va alors chercher à stimuler le Kyo et/ou disséminer le Jitsu. Pour ce faire, il utilise des techniques de pression avec ses doigts sur les différentes parties du corps, mais aussi avec ses genoux et ses coudes.

Au Japon, c’est le “Shiatsu Namikoshi” qui est majoritaire. Dans une approche préventive, cette technique utilise la pression des paumes et des doigts sur des points spécifiques pour intervenir sur le système endocrinien, respiratoire ou encore nerveux.

Son fondateur, Tokujiro Namikoshi, établit différents rythmes et niveaux d’intensité de pression. Tout comme les arts martiaux, rigueur, posture et répétition des gestes sont les maîtres mots de cette thérapie.

D’autres styles existent également, comme le shiatsu Kurétaké, Chosei, Koho et Yin shiatsu par exemple.

 

Les bienfaits du shiatsu

En stimulant et rééquilibrant votre énergie vitale, le shiatsu vise à établir une sensation de bien ou mieux-être : c’est une pratique thérapeutique et préventive.

Elle renforce l’immunité et possède des vertus relaxantes et analgésiques. Elle permet la détente des muscles, l’évacuation des tensions et l’amélioration de la circulation sanguine (en rétablissant celle du flux énergétique).

Ainsi, le shiatsu vous fera le plus grand bien si vous êtes sujet à des douleurs :

  • Physiques (douleurs musculaires, articulaires, troubles du sommeil, digestifs et féminins, maux de tête et de dos),

  • Mentales (dépression, phobies, stress et anxiété).

  • Respiratoires (asthme, rhume, sinusite)

Très peu d’études cliniques portant spécifiquement sur le shiatsu ont été publiées à ce jour. Cependant certaines d’entre elles ont montré l’efficacité du shiatsu dans différents troubles, il serait recommandé pour :

Apaiser les douleurs lombaires

Dans une étude auprès de 66 sujets souffrant de lombalgies, les résultats ont montré des différences significatives dans les niveaux de douleur et d’anxiété avant et après 4 traitements de shiatsu. Les auteurs rapportent que les sujets recommanderaient le shiatsu comme traitement pour toute personne souffrant de lombalgies.

Combattre l’anxiété

Dans la même étude citée ci-dessus, sur les patients souffrants de douleurs lombaires, les chercheurs ont également noté une diminution de l'anxiété des individus après les 4 séances de Shiatsu.

Réduire les effets secondaires liés à la chimiothérapie

Dans une étude menée en 2007 sur des personnes atteintes de cancer, les résultats ont montré une amélioration des effets secondaires de la chimiothérapie, notamment moins de fatigue, de nausées et de vomissements, ainsi qu’une régression des problèmes buccaux.

Améliorer la condition des personnes placées en soins palliatifs

Une étude réalisée sur des personnes en soins palliatifs a mis en évidence les effets positifs de plusieurs séances de shiatsu sur l’état physique et psychique des individus. Parmi ces effets, les chercheurs ont noté une amélioration du niveau d'énergie, moins de symptômes et de douleurs, une plus grande relaxation ainsi qu’un mieux-être des participants.

Le shiatsu vous accompagne aussi à travers les périodes difficiles que vous pouvez affronter, tels qu’un deuil, une maladie, ou même des examens scolaires. Il peut également être complémentaire à une psychothérapie.

 

Les contre-indications

Le shiatsu vous est déconseillé dans les cas suivants :

  • Vous souffrez d’ostéoporose, d’asthme ou de maladie contagieuse de la peau,

  • Vous avez de la fièvre, une malformation (cardiaque notamment) ou un/des ulcère(s),

  • Vous venez d’avoir une intervention chirurgicale,

  • Vous vous trouvez dans le 1er trimestre de votre grossesse, ou votre grossesse est à risque.

Le dernier point s’explique par l’utilisation de points d’acupuncture dits “abortifs” par les praticiens de shiatsu. Y exercer une pression peut mener à une fausse couche ou un accouchement prématuré à cause des contractions provoquées.

 

Comment se déroule une séance de Shiatsu

Une séance de shiatsu se pratique sur une personne recouverte de vêtements légers, généralement allongée sur un un futon, un matelas au sol ou sur une table basse. Le shiatsu peut aussi se faire assis sur un coussin ou même debout. Lors du premier rendez-vous, le praticien procède à un bilan de santé par le toucher du corps, l'écoute, l'odorat, l'examen du pouls et de la langue. Un traitement dure généralement 1 heure.

Pour une approche préventive ou si vous recherchez un meilleur équilibre personnel, une séance de shiatsu par mois est une bonne fréquence.

Si vous êtes plutôt dans une démarche thérapeutique, pour profiter pleinement des effets des séances, l'idéal est d’avoir une séance toutes les deux semaines en moyenne, voire plus souvent en période de crise. Le nombre de séances dépend de chaque organisme, de l'ancienneté du trouble à traiter, etc...

 

Comment choisir un praticien en Shiatsu

Cette profession n’est pas réglementée en France, elle peut donc être exercée par toute personne ayant différents niveaux de formation (de l’initiation d’un week-end à une formation sur plusieurs années). Ne vous précipitez donc pas sur le premier praticien. Privilégiez ceux qui ont suivi un cursus complet (environ 500 heures de formation voire plus, sur plusieurs années) auprès d’écoles reconnues et faites la différence entre un praticien de Shiatsu « confort » et un véritable professionnel de Shiatsu. Pour cela vous pouvez consulter les registres de la Fédération française de Shiatsu traditionnel (FFST) qui forment des thérapeutes hautement qualifiés. Évitez de faire vos massages chez un praticien qui a suivi une formation express (moins d’un an). Enfin, n’hésitez pas à vous renseigner autour de vous sur sa formation et sa manière de pratiquer.

 

Trouver un praticien Shiatsu


 

Sources :

  • Association Internationale de Shiatsu Traditionnel

  • Iokai Shiatsu Association

  • Shiatsu France

Voir la liste des praticiens
Trouvez votre praticien
Voir la liste des praticiens
Fasciathérapie
Fasciathérapie
La fasciathérapie est une thérapie manuelle qui interagit sur les fascias. Ces membranes de tissu conjonctif se prolongent dans l’ensemble du corps humain. Les traumatismes, mauvaises positions, stress… entraînent la rétractation des fascias pouvant engendrer des douleurs. Le fasciathérapeute leur redonne de la souplesse grâce à un toucher subtil.
Lire la suite
Kinésiologie
Kinésiologie
La kinésiologie (traduit du grec par “Science du mouvement”) est une médecine non conventionnelle qui amène au bien ou mieux-être grâce à son approche tridimensionnelle : physique, psycho-émotionnelle et énergétique.
Lire la suite
Auriculothérapie
Auriculothérapie
L'auriculothérapie repose sur le principe que l'oreille est une représentation miniaturisée du corps humain, où chaque partie de l'oreille correspond à un organe ou à une fonction spécifique du corps. Selon cette théorie, en stimulant les points précis situés sur l'oreille externe, on peut influencer le système nerveux, les organes et les fonctions du corps.
Lire la suite
Loading...