Livraison offerte à partir de 49€

Interview de Charlotte S., professeur de yoga

Mis en ligne le 20 juin 2022
Interview de Charlotte S., professeur de yoga

Le 21 juin, nous fêtons la journée internationale du yoga. Charlotte, formée à cette discipline aux Etats-Unis, nous parle de sa pratique plus personnelle du yoga et de ses bienfaits sur le corps et le moral.
 

KALAE : Pourriez-vous nous en dire plus sur votre parcours ?

Charlotte Stadnicki : J’ai été attachée de presse pendant 20 ans à Paris. Mon mari a eu une opportunité professionnelle aux US, nous y avons donc vécu pendant 8 ans, à San Francisco puis à New York.

La découverte du Vinyasa en Californie

A mon arrivée, je connaissais mal cette discipline, là-bas tout le monde respire par le yoga. C’est une pratique extrêmement répandue. On trouve des studios à tous les coins de rue et tous les Américains de la côte ouest pratiquent le surf et le yoga. L’enseignement commence dès la petite enfance. Ma fille scolarisée en maternelle à l’époque, bénéficiait déjà d’initiations dans son programme. Au départ, comme je n’avais jamais pratiqué, tout le monde me regardait comme une extra-terrestre. Après différents cours testés, j’ai trouvé la discipline intéressante. Puis on m’a conseillé un yoga un peu plus physique : le Vinyasa. Ça a été une révélation. Le Professeur, Roy Gan, ex-danseur d’origine asiatique, assez connu en Californie, avait une personnalité assez envoutante. Il pratiquait dans une salle à 28°pour détendre les muscles. J’ai adoré ce cours très complet aussi bien au niveau physique que spirituel. Il se déroulait sous forme de chorégraphie dans laquelle l’enseignant apportait beaucoup d’esthétique, par un enchaînement de belles postures, comme une danse. Le yoga constitue un sport complet aussi bien physique que mental. Lors de mon 1er cours, même si je n’ai pas tout compris, j’ai été instinctivement séduite. Il existe beaucoup de formes différentes de yoga, il faut trouver celle qui nous convient. L’approche très bienveillante mais ferme de Roy m’a appris à me concentrer, à être sur moi-même. Pendant 3 ans j’ai suivi cet enseignement au moins 3 fois par semaine. Mon corps s’est assoupli et musclé, une vraie transformation. L’effort et l’intensité des séances m’ont fait réaliser l’importance de la respiration, de la concentration et découvrir la méditation par l’effort. Lors de mes retours en France pendant les vacances, j’ai commencé à donner des cours à mon entourage proche. Ces séances m’ont convaincue de poursuivre dans cette voie. 

La consécration avec le Hatha à New York

Ma formation s’est concrétisée à la suite de mon déménagement à New York. Enceinte de mon 3ème enfant, j’ai suivi un enseignement intensif de 200 heures en début de grossesse au Yoga Works, un grand institut de Hatha yoga. J’ai adoré la formation, très intense mais extrêmement enrichissante. On se retrouve en totale immersion. L’école prodigue des cours d’anatomie, de philosophie du yoga et d’enseignement sous toutes ses formes (la gestion de la douleur etc), avec une approche thérapeutique. Le yoga est ici très technique et anatomique tout en se basant sur l’alignement du corps. J’ai réappris chaque posture à la base, compris leurs principes et surtout intégré le sens de cette belle discipline. Après mon accouchement j’ai ressenti le besoin d’approfondir mes connaissances en complétant par 300 heures supplémentaires sur des thématiques plus précises : femmes enceintes, enfants, respiration, alignement, position des mains etc. Mon diplôme en poche, et à l’occasion de mon retour en France, j’ai décidé de me consacrer intégralement à l’enseignement. Puis tout s’est enchaîné.

 

KALAE : Votre approche plus personnelle de cette pratique ?

C.S. : J’enseigne principalement en cours particulier, parfois en groupes mais de 3 / 4 personnes maximum. J’apprécie l’approche individuelle car j’aime prendre soin des autres. En individuel on appréhende mieux ses élèves, on se sent connecté avec eux. Ma grande satisfaction n’est pas une démonstration de souplesse et de technicité mais plutôt l’idée de se mettre ensemble dans un rythme, de se comprendre et de se connecter. Ma formation aux Etats-Unis m’a beaucoup aidé dans ce sens, par son approche très délicate du yoga, sans la recherche de compétition, souvent présente dans les cours collectifs en France. Chez moi, pas de jugement, on n’est pas là pour atteindre un objectif ou se sentir moins bon que le voisin ou le prof. Je n’enseigne rien d’acrobatique mais je privilégie l’alignement et la respiration. Mes cours sont plutôt tranquilles avec une visée pédagogique et compréhensive. Je trouve difficile de corriger chaque posture individuellement dans un cours collectif. J’essaye de transmettre un sentiment d’accomplissement à mes élèves et de leur faire passer un moment agréable. Personnellement j'apprécie aussi les cours collectifs dans lesquels se crée une émulation collective très dynamisante.

 

KALAE : Pourquoi avoir choisi le Vinyasa plutôt qu’une autre forme de yoga ?

C.S. : C’est mon yoga du cœur. J’aime la chorégraphie des postures, la respiration qui se cale naturellement et qui permet de tenir la séance sur la durée ainsi que le côté esthétique de cette forme de yoga. Le principe de ce yoga en mouvement consiste en une suite d'enchaînements fluides avec une respiration pour chaque mouvement. Comme on enchaine, la difficulté ne se fait pas ressentir. On ne tient pas la posture mais on l’adapte en fonction des élèves bien évidemment. Ma formation diplômante est le Hatha yoga, le plus courant en Occident. Cette forme est plus posturale, on tient le mouvement plus longtemps. Mais mon enseignement s’inspire des 2 méthodes, je ne retranscris jamais intégralement un cours de Vinyasa, même s’il s’agit de ma discipline de prédilection. Je prépare ma petite sauce personnelle.

D’ailleurs j’apprécie toutes les formes de yoga tant que l’on respecte l’alignement du corps. Il me semble important de prendre le temps de comprendre les différentes poses sans se faire mal.
 

KALAE : Quels sont les bienfaits, plus particulièrement sur l’harmonie corps / esprit ?

C.S. : C’est une merveilleuse étape pour prendre soin de soi, devenir bienveillant envers soi-même et donc envers les autres. Se connecter à son corps, en prendre conscience est primordial. Le yoga permet d’accéder à cette conscience. C’est une des voies d’accès à la bienveillance, une sorte d’acceptation de son corps et de sa personne. L’apprentissage de la respiration devient un outil dans la vie de tous les jours. Moi je fais tout le temps du yoga, bien évidemment c’est mon métier. 

Si on veut se mettre au yoga de manière efficace, en pratiquant une fois par semaine, on se sent déjà bien après la séance, 2 fois par semaine, ça fait du bien dans sa vie et 3 fois par semaine, ça transforme sa vie. Les gens dingues de yoga conseillent tous les jours, on peut en faire effectivement un peu tous les matins. Pour modifier son corps physiquement, incorporer la respiration dans sa vie et sentir que la philosophie du yoga commence à influer sur notre façon de penser et de vivre, je pense qu’une pratique de 3 séances par semaine amène une vraie métamorphose. 

Cette discipline peut transformer une vie, et rien ne me rend plus heureuse que d’accompagner les autres dans ce chemin. Mon approche se veut très humble.

Il existe plein de formes de yoga avec des voies différentes. A chacun de trouver celui qui lui convient. Peu importe le niveau de souplesse, finalement seul le mieux-être compte.

 

Charlotte Stadnicki, professeur de yoga. Chacha Yoga

Voir la liste des praticiens
Trouvez votre praticien
Voir la liste des praticiens
Fasciathérapie
Fasciathérapie
La fasciathérapie est une thérapie manuelle qui interagit sur les fascias. Ces membranes de tissu conjonctif se prolongent dans l’ensemble du corps humain. Les traumatismes, mauvaises positions, stress… entraînent la rétractation des fascias pouvant engendrer des douleurs. Le fasciathérapeute leur redonne de la souplesse grâce à un toucher subtil.
Lire la suite
Kinésiologie
Kinésiologie
La kinésiologie (traduit du grec par “Science du mouvement”) est une médecine non conventionnelle qui amène au bien ou mieux-être grâce à son approche tridimensionnelle : physique, psycho-émotionnelle et énergétique.
Lire la suite
Auriculothérapie
Auriculothérapie
L'auriculothérapie repose sur le principe que l'oreille est une représentation miniaturisée du corps humain, où chaque partie de l'oreille correspond à un organe ou à une fonction spécifique du corps. Selon cette théorie, en stimulant les points précis situés sur l'oreille externe, on peut influencer le système nerveux, les organes et les fonctions du corps.
Lire la suite
Loading...