1ère commande : -10% code BIENVENUE10

Tout savoir sur la dysbiose

Mis en ligne le 13 avr. 2024
Tout savoir sur la dysbiose

Vous êtes-vous déjà senti ballonné ? Ou peut-être avez-vous un jour été constipé ? Votre humeur est-elle fluctuante ? Irritable ? Bien entendu, cela peut nous arriver à tous, mais lorsqu’on en ignore la cause et que cela perdure, les questions s’accumulent dans notre esprit. Et si la réponse se trouvait dans vos intestins ou plus exactement au niveau du microbiote ? En effet, peut-être souffrez-vous de dysbiose… Mais qui est-elle ? Quels sont ses symptômes, ses causes et surtout, comment la soulager et/ou la prévenir ? On vous dit tout dans cet article ! 

Qu’est-ce que la dysbiose ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, faisons un bref rappel de ce qu’est le microbiote

Il se définit comme l’ensemble des bactéries qui peuplent notre flore intestinale et pourrait être comparé à un parc dans lequel règne une diversité impressionnante. Cependant, ce ne sont pas des fleurs et des plantes qui y vivent, mais de petits virus et champignons

Ces derniers sont extrêmement nombreux puisqu’on en dénombre près de 100 000 milliards, parmi lesquelles les Lactobacilles ou les Bifidobactéries.

Comme nous avons pu l’évoquer dans nos précédents articles, le microbiote a plusieurs fonctions indispensables (régulation de l’humeur et de l’appétit, rôle barrière contre les micro-organismes pathogènes…) au maintien d’une santé harmonieuse. 

Si vous êtes curieux d’en savoir plus, n’hésitez pas à consulter nos autres sujets consacrés à ce thème.

Nous l’avons compris, le rôle de la flore intestinale est essentiel, et en cela, il est indispensable d’en prendre soin.

Mais il arrive que cette dernière connaisse quelques dommages et déséquilibres.

C’est ce que l’on nomme la dysbiose, inverse de la symbiose qui se traduit par une relation “intestin - bactéries” sereine.

Si l’on veut être plus précis, elle se définit par  : 

  • Une diminution conséquente du nombre de bactéries logeant dans notre flore intestinale,

  • Un accroissement des  “mauvaises bactéries” au détriment des bonnes.

Mais quels sont les symptômes et les causes pouvant venir perturber cet équilibre ? 

 

Les symptômes de la dysbiose

Selon les biologistes du laboratoire parisien Zamaria¹, une dysbiose intestinale peut se traduire par l’apparition des symptômes suivants.

Ils peuvent se confondre avec ceux d’une intolérance alimentaire. 

  • Troubles digestifs : ballonnements, diarrhée, constipation, crampes abdominales ;  

  • Reflux gastro-oesophagien

  • Troubles cutanés : eczéma, démangeaisons…

  • Symptômes d’ordre émotionnel : anxiété, stress, insomnie et/ou troubles de l’endormissement, humeur fluctuante. 

D’autres manifestations, plus rares, comme des infections à répétition (sinusite, cystite…) peuvent aussi se déclarer, poursuivent les spécialistes. 

Dans la mesure où ces signes peuvent également être associés à des pathologies comme la maladie de Crohn, une rectocolite hémorragique, le syndrôme de l’intestin irritable ou une intolérance alimentaire, l’avis d’un praticien pourra être nécessaire. 

La rectocolite hémorragique fait partie des MICI*, et les principaux signes présentés par les patients sont les diarrhées ou des saignements colo-rectaux

Quant au syndrome de l’intestin irritable, si sa cause reste encore floue à ce jour, il a été observé que les malades ressentent souvent un changement dans la fréquence et la consistance de leurs selles¹. 

 

Quelles sont les causes de la dysbiose ?

Selon Florence Daine, diététicienne-nutritionniste ² et Joël Doré, directeur de recherche à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) ³, la dysbiose peut trouver ses causes à travers les paramètres suivants :  

Alimentation et mode de vie en général

Depuis plusieurs décennies, notre manière de vivre a évolué.

En effet, rythmés par un quotidien métro-boulot-dodo, nous pouvons être amenés à avoir une alimentation peu adaptée au bon équilibre de notre microbiote.

De fait, les plats transformés, pratiques et “tout-prêts” sont relativement présents dans nos assiettes et ont tendance à amplifier le risque de dysbiose, souligne la spécialiste. 

Enfin, une étude menée par des médecins suisses de l’hôpital de Berne ⁴  a montré que les effets du tabagisme engendreront davantage de risques de développer des MICI

Exposition à différents toxiques présents dans les éléments

Par ailleurs, certaines substances chimiques pourraient avoir, de par leur toxicité, une influence sur la composition du microbiote

Les ingrédients utilisés dans le secteur de l’industrie agroalimentaire ont été pointés du doigt d’après un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) publié en 2020 ⁵. 

Ceux-ci seraient présents dans des produits et/ou objets que nous sommes amenés à utiliser chaque jour comme les emballages alimentaires.

Consommation d’antibiotiques

Une prise trop importante d'antibiotiques aurait tendance à altérer une partie du microbiote, à détruire certaines bactéries intestinales et donc à entraîner une dysbiose.

Ceci serait même amplifié lorsque les médicaments concernés sont pris durant les premiers mois de vie, poursuit Joël Doré. 

Âge et vieillissement 

Enfin, l’avancée en âge augmenterait également les risques de dysbiose

En effet, la plupart des personnes âgées voient diminuer les bactéries “favorables” à leur microbiote et augmenter celles qui pourrait être à l’origine d’infections ⁶.

Si vous pensez être sujet à une dysbiose et que vous souhaitez avoir un avis médical, n’hésitez pas à solliciter les conseils d’un spécialiste. 

 

Soulager et prévenir la dysbiose naturellement

Dans nos précédents articles, nous avons souligné que l’adoption d’une alimentation riche en fibres, vitamines et produits fermentés est la principale réponse au rééquilibre de la flore intestinale.

En effet, cette solution est conseillée par Florence Daine.

Lors de l’analyse des différents modes alimentaires à travers le monde, il a été démontré que les régimes riches en végétaux, fruits et légumes frais et secs, et céréales, seraient favorables à une bonne diversité du microbiote, note la diététicienne.

En complément, certains ouvrages⁷ confirment que la consommation régulière d’aliments comportant des microorganismes vivants (probiotiques) est favorable à la bonne santé du microbiote intestinal et participerait à prévenir la dysbiose.

Au menu, nous retrouvons le miso, le kombucha ou les fromages à pâte non cuite (tomme, cantal…).

Ces derniers sont les principaux fournisseurs en Bifidobacterium et Lactobacillus, essentiels à l’entretien de la flore

Enfin, Nathalie Ballestros, docteure en pharmacie et naturopathe ⁸ note que la consommation de fibres sans apports hydriques suffisants est inutile, voire susceptible de produire l’effet inverse à celui recherché ! 

En résumé, buvez, en quantité, et de préférence en dehors des repas ! suggère-t-elle. 

Quid d’une supplémentation en compléments alimentaires ?

Nathalie Ballestros argue que certains d’entre eux, de par leur richesse en levures et souches probiotiques, peuvent aider à régénérer le microbiote et à le rééquilibrer.

Elle conclut en affirmant que ces derniers sont un véritable coup de pouce naturel, mais qui à lui seul est insuffisant car il ne remplace pas une alimentation variée ou l’activité physique.

En effet, cette dernière aurait de réels effets positifs sur la flore et agirait dans la prévention de la dysbiose, selon une étude récente, parue dans la revue anglo-saxonne Medicine & Science in Sports & Exercises ⁹. 



 

Sources :

*Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin

¹  Laboratoire Zamaria Paris 16e

² Florence Daine, diététicienne-nutritionniste

³ Joël Doré, directeur de recherche à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE)

⁴ Revue médicale Suisse: Tabagisme et système digestif : une relation complexe. Partie 1 : Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et consommation de tabac - Dr Pascal Juillerat - Pr Jacques Cornuz - Dr Julie Begon - Poncin - Dr Carole Clair

⁵ Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) publié en 2020 

⁶ Rebecca Martin, chercheuse à l’Inrae, colloque de l’Inrae : « Alimentation périnatale, alimentation des séniors : spécificités, impact du microbiote »

⁷ K. Clément. Le microbiote intestinal : un nouvel acteur de la nutrition ?

⁸ Nathalie Ballestros, naturopathe et docteure en pharmacie 
 

Voir la liste des praticiens
Trouvez votre praticien
Voir la liste des praticiens
Le microbiote vaginal : Comment les probiotiques préservent votre intimité ?
Le microbiote vaginal : Comment les probiotiques préservent votre intimité ?
Vous connaissez sans doute le microbiote intestinal mais savez-vous que les femmes possèdent aussi un microbiote vaginal ? Il joue un rôle essentiel dans la santé féminine en prévenant les infections et en maintenant l'équilibre de la flore vaginale. Voici tous nos conseils pour en prendre soin.
Lire la suite
Microbiote et perte de poids
Microbiote et perte de poids
Ce matin, en vous levant, vous avez décidé de vous peser, et la sentence est tombée, vous avez pris du poids. Immédiatement, vous vous autoflagellez en vous promettant de vous mettre au poulet-salade sur le champ. Pourtant, grossir n’est pas uniquement lié au fait d’avoir trop mangé. Nos systèmes de régulation interne entrent aussi en jeu. Le microbiote intestinal en fait partie. Vous ignorez tout à son sujet ? Voici une définition du microbiote, son influence sur la perte de poids et surtout, les aliments à privilégier et à limiter.
Lire la suite
Loading...